Histoire et patrimoine

Saint-Sever, une des plus importantes cités du Moyen-Age des Landes, est la clef du passage entre la plaine de pins et la Chalosse vallonnée. Son emplacement stratégique surplombant l’Adour explique son occupation dès la protohistoire. Le site classé de Morlanne était le siège du camp et du palais gallo-romains, et sans doute de la première église martyriale de Saint-Sever. Dominée par la présence majestueuse de l’abbaye bénédictine (988 – 1932), la ville, fondée et fortifiée en 1100, fut agrandie au 14e s. (tours, pans de mur, vestige d’échauguette, porte) en intégrant le couvent des Jacobins (1280 – 1686). Des hôtels particuliers (16e, 18e, 19e s.) ponctuent les rues de la ville

Cette villa gallo-romaine du Bas-Empire est installée dans la plaine de l'Adour. Le site est occupé depuis le néolithique. La villa elle-même a été bâtie "ex nihilo" entre 350 et 380.

Le site de l'oppidum barré du Mont des Lannes fut investi par les Romains en 56 avant J.C. Grâce à sa situation dominant la vallée de l'Adour, cette place forte était un excellent observatoire. On y accédait par la côte de Brille, au bas de laquelle une fontaine invitait le voyageur à se désaltérer.

Monument historique et classé Patrimoine mondial de l'humanité par l'UNESCO au titre des chemins de Saint-Jacques de Compostelle en France depuis 1998.Selon la légende au 5e s., une église-martyriale fut implantée à l'emplacement de la sépulture de Severus, et des bénédictins s'y installèrent dès le VIIe siècle. Le monastère actuel a été fondé en 988 par le duc de Gascogne Guillaume Sanche.

Saint-Sever, une commune française située dans le département des Landes (40) et la Région Aquitaine peut s'enorgueillir d'un passé de plus de mille ans !

Le monastère actuel fut fondé par Guillaume Sanche, comte de Gascogne, aux alentours de 988. Dans les années qui suivirent, toute une communauté se développa grâce à une intense activité spirituelle et religieuse de l'abbaye.

Au début du XIIe siècle, l'abbé Suavius accorde une charte qui constitue les prémices d'un statut urbain, tout en conservant pour l'abbé la haute main sur la ville. Au XIIIe siècle, les habitants cherchent à s'affranchir de la tutelle de l'abbaye. Une lente construction politique aboutira à la création de la commune proprement dite.