Terroir et Patrimoine

La Ville de Saint-Sever souhaite préserver et mettre en valeur son patrimoine architectural et paysager avec la mise en place d'une Aire de Valorisation de l'Architecture et du Patrimoine (AVAP).
Histoire et patrimoine
Saint-Sever, une des plus importantes cités du Moyen-Age des Landes, est la clef du passage entre la plaine de pins et la Chalosse vallonnée. Son emplacement stratégique surplombant l’Adour explique son occupation dès la protohistoire. Le site classé de Morlanne était le siège du camp et du palais gallo-romains, et sans doute de la première église martyriale de Saint-Sever. Dominée par la présence majestueuse de l’abbaye bénédictine (988 – 1932), la ville, fondée et fortifiée en 1100, fut agrandie au 14e s. (tours, pans de mur, vestige d’échauguette, porte) en intégrant le couvent des Jacobins (1280 – 1686). Des hôtels particuliers (16e, 18e, 19e s.) ponctuent les rues de la ville
Le couvent des Jacobins de Saint-Sever, seul couvent dominicain du grand sud ouest intégralement conservé, est, de nos jours, à la fois espace socio-culturel et espace de vie ; il abrite en outre le musée de la ville.
L'abbatiale de Saint-Sever, cœur de la vieille cité, est une merveille architecturale. Elle n'en demeure pas moins le centre de la vie et des festivités locales, car Saint-Sever est le lieu par excellence, en Aquitaine, où Art pur et art de vivre ont toujours vécu en une naturelle symbiose.

Sous l'abbatiat de Grégoire de Montaner (1028-1072), Stéphanus Garsia, dirigeant d'un scriptorium, réalisa le Beatus ou Apocalypse de Saint-Sever, manuscrit conservé sous le numéro 8878 de la Bibliothèque Nationale.